Le miracle de Trevelin

Après un bon repos, nous avons repris notre route et suivi la grève roussis du rio Agrio. Plus bas, dans la vallée, les senteurs délicates d’églantine nous chatouillaient le nez. Glacés de lumière, des lacs immenses s’étiraient sous les dernières vigueurs des Andes tantôt couvertes d’araucarias, tantôt nues ou semée de témoins de neige, en forme de gouttes, qui disparaitraient bien vite au soleil de l’été. Il se passait quelque chose : le monde se transformait sous nos yeux. Des couloirs de genets en fleur jetaient leurs flammes dans le vent, des lupins mauves et violets paradaient au-devant. Des ruisseaux, des petits traits d’eau biens blancs sur les roches d’altitude, comme si la neige nourricière coulait son lait par les rivières, pour sevrer les plantes et le monde entier. Toute la campagne, maintenant, brillait comme un tableau fraichement vernis. En franchissant San Martin de Los Andes, petite bulle d’opulence au beau milieu du paradis, cette tendance à la verdure et au froid serait irréversible. Un sentiment de triomphe nous étreignait, car plus de doute, nous avions bien atteint la Patagonie.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le long du lac de Nahel Huapi, les plages de galets polis par des siècles de ressac étaient aussi sauvages que fleuries. Nous n’avions plus qu’à nous laisser porter par les éléments. Sous les nuages boursouflés, notre route était donc toute tracée pour atteindre San Carlos de Bariloche. Les nouvelles de Sepulveda nous revenaient en mémoire peu à peu. Au centre de la ville sévissait une véritable guerre dans un mélimélo de voyageurs indifférents, celle des chocolatiers et des cambistes. Tout était fait, ici, pour titiller vos avidités. Au fil des années, Bariloche était devenue un centre touristique important dans toute l’Argentine, un must de backpacker en route vers les confins, une plaque tournante pour les skieurs du monde entier. En somme, l’endroit idéal pour une bonne nausée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA pignonsvoyageurs (7) pignonsvoyageurs (8) pignonsvoyageurs (9) pignonsvoyageurs (12) OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Lorsque nous avons quitté Bariloche, nous étions trois. Fabian, le brave Suisse avec qui nous avions roulé au Pérou, nous avait rejoints. Il prévoyait d’atteindre la pointe sud du continent dans le milieu de l’été, comme nous, et c’est tout naturellement que nous avions calé nos agendas. Nous avons progressé ensemble vers El Bolson où Jany nous attendait, une autre connaissance d’Equateur et du Pérou. A quatre, les bivouacs s’étaient transformés en festins. Nous nous étions équipés d’une parilla (tôle de cuisson) et il n’y a avait plus un seul repas sans de heures à cuisiner sur les braises d’un bon feu de camp. Poussé par de nouveaux défis, nous avions découvert le moyen de faire de succulentes pizzas. Marion étaient en charge des sauces, Jany de l’épluchage des légumes, Fabien de la pâte et moi de la cuisson. Un travail d’équipe. Nous avancions à l’unisson sur les pistes isolées. Nous étions lancés pour atteindre le Chili ensemble, embrayer sur la Carretera Australe et partager d’autres bons moments lorsque qu’une camionetta me jeta à terre brutalement. Ma vie défila en quelques secondes dans le miroir de la mort. Je m’envolai comme un oiseau et roulai dans la terre caillouteuse de tous mes os. Le vélo, petit tas de fer froissé, gisait sur le côté comme un cheval mort. Les sacoches avaient été arrachées, le porte-bagage déformée. J’avais l’impression d’avoir survécu mais je ne sentais plus ma jambe gauche. J’avais confiance. Le choc avait été une grande loterie. Cette fois-ci, par miracle, j’avais gagné une seconde vie.

pignonsvoyageurs (15) pignonsvoyageurs (18)

Sur mon carnet, le lendemain, mes doigts me dictaient :

La vie est une trace

Où coule la lumière

La route est une face

Que lave la poussière

 

Je n’avais que trente ans

Les forces toutes en brumes

Le monde était un port

De rafiots et d’enclumes

Publicités

7 réflexions sur “Le miracle de Trevelin

  1. Bonjour, quel blog et quelle aventure extraordinaire , un regal a lire ! Vraiment vous vivez un reve que vous savez si bien nous faire partager! Merci
    Prenez soin de vous et courage pour cette mésaventure
    Amitiés
    Jlouis

  2. Bonjour, je vous lis depuis quelques temps et me fais bercer par le style littéraire du blog et les photos d’une incroyable qualité. Ce blog m’inspire et je m’y identifie beaucoup car j’aimerais avec mon ami partir à vélo et dans la même direction. Quand j’ai lu que tu t’étais fait renversé, je me suis dit qu’il fallait un message de soutien! J’espère que ce n’est pas trop grave. J’espère que ça va aller! Courage!
    Cyrielle

    • Merci Cyrielle pour ton message de soutien. Virgile va bien mais il lui faudra faire des examens un peu plus pousser à notre retour en France et pas mal de repos avant de pouvoir reprendre le vélo comme avant ! N’hésites pas à nous écrire si tu as besoin de conseils pour préparer ton voyage ! Bonne journée. Marion

      • Vous arrêtez donc votre périple… J’espère que cela ne vous rend pas trop triste de finir comme ça ! Car vous avez fait un sacré chemin. En effet j’adorerai avec votre retour d’expérience. Notre voyage est dans un an et demi. Que Virgule se repose bien! J’espère que tout va se remettre dans l’ordre. A bientôt. cyrielle

      • Re bonjour Cyrielle ! Nous postons les articles sur le blog avec pas mal de retard ! Plus de 1 mois ! Nous sommes bien arrivés à Ushuaia mais pas comme nous le pensions. Les suites de l’accident, comment nous avons fait face et l’arrivée à Ushuaia dans les prochains articles très bientôt ! Marion

  3. Félicitations pour les photos et l’écriture que vous employez, c’est un bonheur de vous lire. Merci à 200 qui m’a permis de vous découvrir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s